Sections

Bref résumé de « Femmes Vincentiennes »

De nombreuses femmes ont incarné le charisme de St Vincent : Tout d’abord ce sont des femmes qui ont répondu à l’appel que St Vincent lança en chaire, pour une famille dans la misère, lors de la messe d’un dimanche d’Août 1617, alors qu’il était curé de Châtillon les Dombes en France ; dès le lendemain il écrit les 1° règlements des Confréries de la Charité qui regroupent les Dames de la Charité, aujourd’hui AIC ; ( 200 000 volontaires dans 53 Pays).

C’est à Louise de Marillac, que St Vincent confia la charge de visiter et animer les 1° charités ; puis c’est avec Louise qu’il fonda les Filles de la Charité ( aujoud’hui 19 500 soeurs dans 91 pays 😉 parmi elles : Marguerite Nasau, Mathurine Guérin, Julienne Laboué, Aurélie Buchepot, Françoise Bony, Rosalie Rendu, Antoinette Debleau.

Cecilia O’Conway fut la première Sœur de la Charité aux USA- 1787-1860), Mary Hall, Catherine O’Reagan, Irene Kraus (1924-1998), Elisabeth Seton (1774-1821) qui fonda les Dames de Charité à St Louis dans le Missouri et fut canonisée en 1975.

Depuis 400 ans, de très nombreuses femmes ont suivi le programme de compassion de St Vincent pour une approche affective et efficace des plus démunis. Elles font ce que le Christ a fait sur terre : visiter et soigner les malades, et les démunis, et les accompagner vers une réinsertion.

Quelle est la clé de cette transmission du charisme vincentien?
Pour Vincent, c’est la PRIERE , «l’ARSENAL MYSTIQUE » qui donne la force, OUVERTURE à l’ESPRIT SAINT

Pour accompagner les plus démunis vers l’autonomie et l’insertion, Saint Vincent et Ste Louise de Marillac ont listé les conditions nécessaires à une action efficace.

Savoir faire : importance de la formation précédant l’action
Organiser l’action dans les détails, à l’aide de règlement.
Respecter la dignité, agir avec intégrité et simplicité,
Travailler en réseau avec toute la famille vincentienne, privilégiant la collégialité, la co responsabilité

Savoir être : assister corporellement et spirituellement : « c’est une façon de vivre… totalement spirituelle bien que les membres soient employés dans un travail extérieur » écrivait Louise de Marillac.
Etre enracinées dans la prière,
Etre le levain dans la pâte
Etre fidèle au programme de St Vincent pour une approche affective et efficace. Agir comme agirait le Christ s’Il était à notre place

La famille vincentienne est le plus ancien mouvement séculier, indépendant de l’évêché, se consacrant au travail dans les rues, en dehors des monastères,

Quel est le LEGS de St Vincent et le rôle de la femme dans la transmission de cet héritage de génération en génération ?  : Vitalité, Fidélité, Créativité dans tous les domaines allant de l’histoire du mouvement, sa spiritualité à son organisation, son administration, son action auprès des pauvres, action qui doit se faire en interdépendance (réseau) tout en respectant l’équilibre.

Dès les fondateurs, règles, valeurs essentielles, bon exemple, transmission de leur histoire ont été des outils efficaces pour transmettre à d’autres leur charisme. De même, collaboration, partenariat, réseau, conférences, formation, communications écrites, témoignages ont vitalisé l’action.

Ainsi, nous avons hérité d’une tradition vivante, riche de ressources pour comprendre et continuer le charisme de la charité. L’Evangile d’abord, soutenu par des publications, écrits des fondateurs, les règles, les biographies, images, objets d’art, écrits, réflexion, méditation, autant de possibilités d’enrichissement. Et au centre de toute cette action, la réflexion spirituelle, personnelle et communautaire, est vraiment l’identité vincentienne qui aide les acteurs dans leur mission. Sans oublier, la flexibilité, la nécessité de s’adapter, pour faire face aux besoins réels du moment et ne pas verser dans l’institutionnalisme.

Les leaders en Saint Vincent doivent enraciner leur action dans l’exemple de St V et Ste Louise de Marillac : ils ont passé beaucoup de temps à organiser , à travailler ensemble au service des pauvres, à élargir leurs réseaux pour trouver les moyens humains et financiers nécessaires. La formation des volontaires  étant indispensable à leurs yeux, ils ont donné des conférences, laissé des écrits. En outre St V et Ste Louise recommandent à chaque leader d’utiliser ses capacités et ses dons propres tout en s’appuyant sur la Divine Providence.

Le défi actuel du leadership vincentien dans notre monde contemporain est de passer « la petite flamme » dans les cœurs et de ranimer ce feu dans les institutions où les braises sont devenues froides. Dire l’histoire de tous ces héros et héroïnes vincentiennes est un moyen de répondre au besoin du monde qui a besoin de compassion chaleureuse, de personne à personne. L’Evangile de Vincent est le même aujourd’hui qu’hier.

Click on the tags to explore related resources:

Tags:

No comments yet.

Leave a Reply